A-Level Notes > St Mary's Shaftesbury A-Level Notes > French Notes

Cultural Topic La Haine Notes

This is a sample of our (approximately) 7 page long Cultural Topic La Haine notes, which we sell as part of the French Notes collection, a A package written at St Mary'S Shaftesbury in 2014 that contains (approximately) 12 pages of notes across 4 different documents.

Learn more about our French Notes

The original file is a 'Word (Docx)' whilst this sample is a 'PDF' representation of said file. This means that the formatting here may have errors. The original document you'll receive on purchase should have more polished formatting.

Cultural Topic La Haine Revision

The following is a plain text extract of the PDF sample above, taken from our French Notes. This text version has had its formatting removed so pay attention to its contents alone rather than its presentation. The version you download will have its original formatting intact and so will be much prettier to look at.

Hannah Bairsto A director, architect, musician or painter from a target language-speaking country/community Michael Kassovitz "C'est un cercle vicieux. Flics détestent les enfants parce que les enfants la haine flics et ainsi de suite, et il ne sera jamais fin'

A detailed study of at least one work of the artist, plus a personal appraisal C'était appelé originalement 'Le droit de cite,' à cause des autorités L'histoire: Le film La Haine est un film par Mathieu Kassovitz qui montre la réalité sombre de trois jeunes gens qui habitent dans les banlieues de Paris. La banlieue est occupée par des résidents de beaucoup d'ethnicités différentes qui sont séparés du reste de la société française. Pendant vingt-quatre heures, on voit les vies de trois amis qui s'appellent Hubert un noir, Saïd un beur, et Vinz un juif. Au début on apprend qu'il y a eu une émeute la nuit précédente, et à cause de cela leur ami Abdel est dans le coma. Pendant l'émeute, un policier a perdu son revolver et Vinz l'a trouvé. Il dit qu'il tuera un policier si Abdel meurt. Le film relate l'histoire de trois jeunes hommes, Vinz, Hubert et Saïd qui habitent dans une cité. Tous les trois vivent les mêmes choses dans un environnement identique, mais adoptent des points de vue différents sur leur situation. Vinz est le protagoniste dans la majorité des scènes et semble incarner le stéréotype du « jeune en colère
». Il ne s'interroge pas sur ses paroles ni sur ses actes. Il fonce tête baissée ce qui le conduit inexorablement à envenimer les situations dont les conséquences sont fâcheuses. Hubert est plus observateur et apaise les ardeurs des deux autres. Il semble plus mûr et plus sensible à
ce qui l'entoure. Il agit comme un conciliateur. Saïd est impulsif comme Vinz, en revanche, il n'est pas motivé par la haine. Il agit selon ce qui lui paraît
être une question d'honneur ou de respect de soi-même. Son agressivité est moins néfaste et parfois même amusante. Les thèmes principaux:
 La brutalité de la police - L'image que dépeint Kassovitz de la police ne laisse pas de doutes quant
à la vision qu'il en a et le rôle qu'elle tient dans la montée de la violence dans La Haine.
 Le manque de respect et la manque d'espoir
 L'écart entre les banlieusards et les habitants du centre-ville
 La violence - C'est clair que la violence est une partie normale de la vie quotidienne dans la banlieue. Il n y a rien à faire ; l'école a été détruite par le feu et les jeunes n'ont pas d'emplois, donc ils picolent, ils combattent, et ils se droguent.
 L'amitié
 La réalité de la vie dans les banlieues/conditions socio-économiques
 L'exclusion et le désespoir
 La détermination sociale
 La masculinité
 La quête d'identité
Géographie : La ville ; l'espace urbain ; les banlieues ; la ségrégation spatiale ; Paris. Histoire : La création des HLM, la politique sécuritaire du gouvernement français à la fin des années 80. Education aux citoyennetés : Les minorités ; le racisme ; les violences policières. Education aux médias : Le film en noir et blanc ; le flashback ; les astuces de mise en scène ; les films sur les banlieues (L'Esquive, Tout ce qui brille...)

The influences on the artist - events and people

Hannah Bairsto "Ce film est dédié à ceux disparus pendant sa fabrication..." (Les émeutes) - Kassovitz Pour lui, les habitants des banlieues souffrent de la ségrégation et de la marginalisation plus en fonction de leurs difficultés économiques que de leur couleur de peau ou religion.

Events:
 Ses expériences personnelles: des émeutes, des gens des banlieues
 Les mois passe dans la cité
 Les problèmes sociaux en France
 L'attitude du gouvernement envers les minorités People:
 La mort de Makomé M'Bwolé - Il a été basé sur le meurtre de Makomé M'Bwolé, un Zaïrois immigrant qui a été brutalement assassiné par parisien policiers en 1993. Kassovitz savait que les gens dans les projets où il a vécu, et a décidé qu'il voulait que ce monde à la vue du public. Sachant comment certaines personnes savaient seulement ces endroits comme corrompu ghettos en raison de l'influence des médias conservateurs, Kassovitz pensait que le cinéma serait la manière la plus efficace de mettre ces questions à l'attention de tout le monde
 Son père qui était un refugie politique et d'origine Hongrois
 Les histoires individuelles de la brutalité de la police
 Scorcèse et Hitchcock - il a été inspire par ces réalisateurs
 Spielberg et Lucas - ils étaient leurs héros de son enfance
 Les minorités
 Famille de cinéastes On se souvient des propos de Nicolas Sarkozy alors ministre de l'Intérieur ; en 2005, dans la cité de La Courneuve, il affirme vouloir "nettoyer au Kärcher" les quartiers difficiles qui causé la controverse et indignation. Michael Kassovitz jeune réalisateur (28 ans en 1995) encore inconnu à l'époque, décide alors de « faire un film qui rentre dans le lard » pour montrer comment le cercle vicieux de la haine s'est mis en place. Même si ce n'est pas le premier film sur les banlieues, La Haine frappe d'emblée les esprits par son approche sociale très critique, peu habituelle dans le cinéma français. Comme « le mec qui tombe d'un immeuble de 50 étages », la société va dans le mur, semble nous dire le réalisateur. Le film est aussi un réquisitoire contre la police et Kassovitz ne s'en cache pas : "La Haine est un film contre les flics et je voulais qu'il soit compris comme tel." Lorsque le film est présenté au Festival de Cannes en 1995, la police qui en assurait la sécurité tourne d'ailleurs le dos aux acteurs et à l'équipe du film, au moment de la montée des marches. Les banlieusards - raisons pour les émeutes : Le chômage excessif, les logements inadéquats, une mauvaise scolarité et un structure politique qui ne réagit pas.

The ideas/techniques of the artist, plus personal appraisal Objectifs:
 Saisir quelques aspects de la vie en banlieue.

****************************End Of Sample*****************************

Buy the full version of these notes or essay plans and more in our French Notes.

Related French Samples: